J’allaite ou non, c’est mon choix!

Ayant lu plusieurs articles sur l’allaitement pendant ma grossesse, j’hésitais sur ma capacité à allaiter et j’appréhendais énormément ce moment.

Photo by Dave Clubb on Unsplash
Photo by Dave Clubb on Unsplash

À la différence de plusieurs mamans, je n’avais pas forcément peur du geste physique, je m’étais assez documenté sur l’allaitement donc j’ai compris qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais lait. Ne pas avoir assez de lait et toutes ces rumeurs que l’on peut entendre à longueur de temps. Ton lait n’est pas assez nourrissant ou ne suffit pas ou il ne faut pas manger ceci cela :), la liste est longue…

Me concernant ma grande crainte était le moment du sevrage de mon bébé, eh oui j’y pensais déjà! c’est l’instinct maternel même avant de rencontrer bout’chou.

Nous nous posons toutes ces questions multiples: “Serai-je une bonne maman? Aurai-je assez de lait pour mon bébé? Mon lait sera-t-il assez nourrissant?”. C’est normal, out cela est nouveau pour nous, notre vie est chamboulée avec l’arrivée de bébé.

Entre la pression des uns et des autres, dans le milieu professionnel, familial ou amical et les nombreuses questions de type : “Mais pourquoi tu ne veux pas allaiter? Mais tu es consciente?”. Et puis même quand tu as envie d’allaiter 🙂 , ça se transforme en ” Je pense, que ce n’est pas la bonne position” ou ”à mon époque le lait de pharmacie était conseillé, j’ai 3 enfants qui sont intelligents, le plus grand fait une école d’ingénieurs” ou “le lait maternel est meilleur les enfants tombent moins malades”. “Ah il faut lui enlever la tétée de la nuit et la remplacer par un biberon de lait artificiel, bébé fera mieux ses nuits”. WHAT !?

Sachez qu’être parent est un métier  à part entière, on ne naît pas parent, on le devient. On ne l’apprend ni sur le banc de l’école, ni dans un atelier parenting, on l’apprend sur le tas, car chaque enfant est différent et chaque parent est différent. C’est l’école de la vie!

Les gens ne se rendent pas compte du stress qu’ils te transmettent et ne font pas la part des choses. Un cumul de  choses que la maman et le papa subissent lors des premiers mois de bébé. Ce qui crée un questionnement, une fragilité qui se rajoute aux hormones et à la fatigue.

Sachez qu’être parent est un métier  à part entière, on ne naît pas parent, on le devient. On ne l’apprend ni sur le banc de l’école, ni dans un atelier parenting, on l’apprend sur le tas, car chaque enfant est différent et chaque parent est différent. C’est l’école de la vie!

Les ateliers de conseil en parentalité et coaching pour les nouveaux ou futurs parents , ou de préparation à la naissance permettent de partager des moments d’échanges et de poser toutes les questions qui nous taraudent l’esprit. Pour ma part, j’étais très contente de rencontrer des professionnels bienveillants et à l’écoute, mais également des mamans qui partageaient les mêmes choses que moi.

Finalement, Bébé est arrivé, nous sommes toutes les 2 en bonne santé. La tétée d’accueil s’est bien passée :). Après une césarienne d’urgence, le personnel médical et le papa (ou la personne accompagnante) s’occupent du bébé pendant 2 bonnes heures avant de nous le confier. Je n’ai pas regretté d’avoir choisi d’allaiter,même si c’était pour quelques mois. C’était difficile par moment, très fatiguant mais j’y suis arrivée. Je n’ai pas lâché l’affaire.

Le sevrage s’est aussi bien passé, en douceur, et bébé s’est bien adapté à son nouveau mode de vie en crèche.

Mes petits conseils pour les futures et jeunes mamans :

  • Faites-vous confiance! Vous connaissez votre bébé mieux que personne d’autre. L’instinct maternel est quelque chose d’abstrait mais aussi de génial, qui nous permet de prendre les bonnes décisions pour notre bébé.
  • Si vous avez décider d’allaiter, n’hésitez pas à consulter un professionnel en allaitement bienveillant, de préférence une sage-femme et surtout n’oublier pas allaiter ou non c’est votre choix à vous ! (Si vous avez besoin de contacts ou de mon REX sur les tisanes et autres tips sur l’allaitement, n’hésitez pas à m’écrire).
  • Déculpabilisez ! Si vous avez choisi d’allaiter, c’est votre choix! Si vous avez choisi de ne pas allaiter, c’est votre choix aussi !
  • C’est le bazar chez  vous, le ménage n’est pas fait. Et alors? C’est normal, vous avez un nouveau-né !
  • Vous êtes fatiguée, votre bébé pleure tout le temps ? C’est normal, un bébé ça pleure. Le manque de sommeil est très difficile les premiers mois. Vous avez le droit de craquer. Essayez de dormir quand bébé dort, même si ce n’est pas toujours évident.

Et vous mesdames comment ça s’est passé votre expérience d’allaitement ? n’hésitez pas à partager vos ressentis avec nous dans les commentaires.

Laisser un commentaire